Le projet IThAC à Humanistica 2021

Le projet ITHAC a participé au colloque Humanistica 2021 avec une intervention au titre :

“Le projet ITHAC entre méthodes numériques, recherche multidisciplinaire et propositions pédagogiques”

Résumé

Le projet ITHAC a pour objectif l’analyse, la traduction et l’exploration numérique des travaux savants du XVIe siècle consacrés aux théâtre antique latin et grec [1]. Ce projet collaboratif rassemble un consortium de 20 enseignants-chercheurs, ingénieurs de recherche, doctorants et stagiaires des universités de Grenoble et de Lyon, relevant principalement de deux disciplines : l’histoire du théâtre de l’Antiquité à la Renaissance d’une part, les humanités numériques de l’autre. L’objectif de cette alliance est de rassembler, numériser, transcrire, traduire et explorer un corpus patrimonial délaissé jusqu’à aujourd’hui parce que physiquement inaccessible, étant dispersé dans une multiplicité de bibliothèques européennes ; et parce que rédigé principalement en latin, et trop vaste pour être abordé dans son entier par un seul individu, voire par un groupe d’individu. Un premier enjeu est ainsi de disposer d’un lieu unique où données et membres du projet pourront se retrouver pour étudier ces sources textuelles en tant que corpus.

Le corpus paratextuel du projet est numérisé, traduit en français et encodé en XML-TEI. Cela doit permettre non seulement sa diffusion, mais aussi le travail collaboratif de l’équipe à distance et sa lecture distante[2]. Du calendrier aux modalités de rencontres des différents workpackages en passant par l’accès à la bibliographie et à la formation des doctorants et stagiaires impliqués, tout est mis en œuvre pour permettre le travail d’une équipe explosée géographiquement sur un corpus explosé géographiquement. Ainsi, un laboratoire numérique [3] sous la forme d’une plateforme d’exploration et de visualisation des données évolutive est en cours de développement. Déjà opérationnelle pour les usages internes du projet, elle permet d’ores et déjà de partager les textes étudiés avec l’ensemble de l’équipe, ainsi que de tester certaines fonctionnalités de collaboration à distance.

Par ailleurs, ITHAC comporte une composante forte de formation universitaire en proposant des missions de stage aux étudiants de licence et de master. Les stagiaires sont chargé.e.s de transcrire des paratextes du latin ou du grec en partant d’éditions numérisées accessibles en ligne ; puis, d’effectuer des recherches autour de ceux-ci ; parfois, de les traduire ; enfin, d’encoder les descriptions, les transcriptions et les traductions au format XML-TEI. Les modalités d’encadrement des stagiaires sont adaptées en conséquence : ceux-ci sont non seulement encadrés par les enseignants-chercheurs en charge des différents auteurs anciens, mais aussi formés aux techniques d’encodage par les ingénieures du projet. Ces missions de stage, partagée entre science et technique et enrichies par un double encadrement, ont pour effet de sensibiliser les étudiant.e.s à l’alliage délicat entre compétences humanistes et compétences numériques. Ainsi, le projet IThAC propose un terrain d’apprentissage et d’expérimentation pour les digital humanists de demain.

Soucieux de faire de « bonnes humanités numériques » en produisant un PGD et en suivant les principes FAIR, le projet ITHAC part cependant d’un principe fort : c’est le projet scientifique et ses différents objectifs qui guident le travail, de la constitution du corpus aux outils numériques mis en œuvre. La communication permettra d’aborder le difficile équilibre à trouver en fonction des moyens, du temps alloué, des forces disponibles et de la situation, entre la réalisation d’un projet répondant à un objectif scientifique précis et le respect de normes et de principes liés aux HN [4].

Dans cette communication, nous nous proposerons, tout d’abord, de présenter le projet IThAC en nous focalisant sur les progrès scientifiques et numériques réalisés dans ses premiers douze mois de fonctionnement ; puis, nous examinerons les problématiques méthodologiques liées à la mise en place de Colloque Humanistica 2021 99 solutions computationnelles adaptées à la collaboration entre sciences de l’antiquité et sciences du spectacle ; enfin, nous interrogerons le potentiel pédagogique du projet, partagé entre préparation à la recherche scientifique, formation aux méthodes numériques et sensibilisation aux équilibres complexes d’un projet multidisciplinaires en humanités numériques.

[1] Malika Bastin-Hammou et Pascale Paré-Rey, « ITHAC – L’Invention du Théâtre Antique dans le Corpus des paratextes savants du XVIe siècle. Analyse, traduction, exploration numérique », Anabases, 32 | 2020, 185-190. https://doi.org/10.4000/anabases.11307

[2] Moretti (Franco), Distant Reading, London, New York, Verso, 2013.

[3] Anne Garcia-Fernandez, Isabelle Cogitore. Laboratoire numérique pour l’étude de paratextes : l’exemple de Tacitus On Line. Digital Humanities 2019, Jul 2019, Utrecht, Pays-Bas. hal-02336294

[4] Elena Pierazzo. Digital Scholarly Editing : Theories, Models and Methods. 2014. hal-01182162

Retrouvez notre résumé à la page 98 du recueil du colloque :  https://zenodo.org/record/4745006#.YNbhbnUzbMY


Une réflexion sur « Le projet IThAC à Humanistica 2021 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.