AAC : “Princeps philologorum : L’autorité du philologue dans les éditions de textes anciens à la Renaissance.”

Date limite : 1er mai 2021

2-3 décembre 2021 – Université Grenoble-Alpes
ANR « IThAC » / Centre de recherche Translatio (UMR 5316 Litt&Arts)
Organisé par Florian Barrière, Malika Bastin-Hammou, Isabelle Cogitore, Mathieu Ferrand

La fin du XVe siècle voit paraître l’édition princeps de nombreux auteurs anciens, grecs et latins, grâce aux efforts conjoints des imprimeurs et des philologues humanistes. Tandis que l’intervention des éditeurs et des commentateurs restait parfois discrète dans les manuscrits médiévaux, reléguée dans les marginalia et dans les souscriptions, leur nom apparaît désormais en bonne place dans les éditions (titres, lettres liminaires, etc.), en même temps qu’augmente l’espace qui lui est dévolu. Dans quelle mesure ces choix éditoriaux témoignent-ils de l’évolution du statut et du rôle du philologue dans l’Europe de la Renaissance ? Quel usage fait-il lui-même de l’espace dont il dispose pour expliquer et légitimer son geste et construire ainsi, dans les textes publiés, une figure d’autorité, débattant de la validité de l’établissement d’un texte et de son interprétation ?

Des travaux récents ont interrogé le rapport des paratextes d’éditions de textes avec l’autorité, sous toutes ses formes : autorités politiques, autorité des publics, des auteurs (Lattarico et al. 2016)1. Le colloque placera au centre de l’attention celle du seul philologue, compris au sens large de savant – éditeur, traducteur, correcteur – et de commentateur de textes anciens, sans exclusive en matière générique. Notre réflexion s’inscrira à ce titre dans le prolongement des travaux consacrés à la représentation de la philologie humaniste par elle-même, au seuil de l’époque moderne (Galand- Hallyn et al. 2005), (Furno, 2009)2. Il s’agira, en recentrant l’attention sur les textes liminaires, le plus souvent rédigés en latin, et les commentaires qui n’ont été étudiés que de façon ponctuelle, d’apprécier en particulier comment les éditions d’auteurs antiques donnent à penser le geste philologique au moment même où il s’accomplit.

À la croisée des recherches menées au sein de l’ANR IThAC, qui porte sur les paratextes théâtraux des auteurs anciens à la Renaissance, et du centre Translatio, qui s’intéresse à la transmission et à la réception des textes antiques, ce colloque se propose de réfléchir, sans s’y limiter, aux thématiques suivantes :

    • comment la méthode philologique est-elle exposée ?
    • comment la discussion philologique est-elle menée (proposer une interprétation, en réfuter une autre), y compris dans un dialogue qui s’établit entre diverses éditions ?
    • y a-t-il une tension entre la volonté de construire une figure d’autorité et les autres rhétoriques préfacielles, notamment celle de la modestie?
    • de quelle(s) autorité(s) (auteurs, éditeurs anciens) le philologue se réclame-t-il pour asseoir la sienne ? Comment, notamment, l’auctoritas de l’humaniste se construit-elle par rapport à celle de l’auctor qu’il publie, voire des savants/philologues/éditeurs qui l’ont précédé ?
    • comment le philologue se manifeste-t-il dans les ajouts para- voire métatextuels ?
    • comment le philologue se présente-t-il / est-il représenté sur la page de titre et dans les paratextes ? quelles sont les relations entre philologie et typographie ? comment sont disposées ses interventions sur la page ?

Les propositions de communication, qui ne dépasseront pas 400 mots, seront envoyées à ithac@univ- grenoble-alpes.fr pour le 1er mai 2021. La sélection des propositions sera communiquée, au plus tard, le 1er juin 2021.

 

1 Le paratexte théâtral face à l’auctoritas : entre soumission et subversion. Regards croisés en Italie, France et Espagne au XVIe et XVIIe s., éd. J.-F. Lattarico, P. Meunier et Z. Schweitzer, Université de Savoie-Mont Blanc, 2016.
2 La Philologie humaniste et ses représentations dans la théorie et la fiction. Actes du colloque international de l’université de Gand (6 au 9 novembre 2002), éd. P. Galand-Hallyn, F. Hallyn et G. Tournoy, Genève, Droz, 2005; M. Furno (dir.), Qui écrit? Figures de l’auteur et des co-élaborateurs du texte. XVe-XVIIIe siècle, Lyon, ENS Éditions, coll. “Métamorphoses du livre”, 2009.

 

Voir sur Fabula : https://www.fabula.org/actualites/princeps-philologorum-l-autorite-du-philologue-dans-les-editions-de-textes-anciens-la-renaissance_99084.php

Voir sur Cornucopia : http://cornucopia16.com/blog/event/?page=2

AAC : “Florent Chrestien, Ecrivain, traducteur et penseur humaniste”

Date limite : 30 Janvier 2021

11 Juin 2021 – Université Grenoble-Alpes
ANR « IThAC » / Centre de recherche Translatio (UMR 5316 Litt&Arts)
Organisé par Malika Bastin-Hammou, Diandra Cristache et Alexia Dedieu

Proche de Joseph Scaliger, un temps ennemi de Ronsard, précepteur d’Henri de Navarre, Florent Chrestien tient une place de choix dans la vie intellectuelle et politique de la fin du XVIe siècle. Pourtant, si la critique littéraire en France s’est intéressée à lui, c’est surtout, et presque uniquement, pour son rôle dans la rédaction de la Satire Menippée, où il s’en prend avec virulence à Ronsard sous le pseudonyme de La Baronie. Bien que sa contribution à la tradition classique ait été peu étudiée, Florent Chrestien est très loin d’être l’homme d’une seule œuvre : il a commenté Catulle, Tibulle, Properce, et il est l’auteur de traductions aussi bien en latin qu’en français et en grec ancien.

Or son œuvre de traducteur et commentateur du théâtre antique est surprenante : elle entre en contradiction avec la tendance d’un siècle qui se concentre sur un petit répertoire de comédies et de tragédies dont beaucoup sont encore aujourd’hui nos « références ». Dans les dernières décennies du XVIe siècle, il traduit aussi bien des comédies que des tragédies, et ses choix sont toujours des plus inattendus : Les Sept Contre Thèbes d’Eschyle, Paix d’Aristophane, Philoctète de Sophocle, Andromaque d’Euripide paraissent entre 1585 et 1594. Par la suite, Le Cyclope d’Euripide et Les Guêpes et Lysistrata d’Aristophane paraissent de façon posthume en 1605 et 1607. Chrestien a également traduit en français Jephté et Le Cordelier de George Buchanan, et en latin la Vérité fugitive de Rémy Belleau. Enfin, en véritable homo trilinguis, il a également traduit Catulle en grec.
Son œuvre de traducteur va de pair avec un travail philologique sur les textes : ses traductions d’Andromaque d’Euripide, de la Paix d’Aristophane, du Cyclope d’Euripide sont suivies de commentaires aux textes. Il est l’auteur d’un commentaire des Phéniciennes de Sénèque, et commente également les poètes élégiaques latins, Apollonios de Rhodes, et édite une partie des épigrammes de l’Anthologie grecque.
Ses choix de traduction, comme il en témoigne dans ses préfaces, ont bien souvent une origine politique, et doivent se lire en écho à l’irénisme qui marque la fin du siècle. Les commentaires qui accompagnent ses traductions latines mêlent des réflexions politiques aux conjectures philologiques sur les textes.
Les travaux de Florent Chrestien sur les auteurs antiques se sont attiré la reconnaissance des humanistes parmi les plus réputés : à sa mort, Isaac Casaubon se charge de faire imprimer sa traduction du Cyclope d’Euripide, et Emile Porte fait imprimer deux de ses traductions d’Aristophane, Les Guêpes et Lysistrata, avec une réimpression de la Paix en 1607. Si la contribution de Scaliger et Casaubon aux études classiques a fait l’objet d’études, le travail de Florent Chrestien, malgré son immense variété, n’a attiré jusqu’à aujourd’hui que peu d’attention.
Inscrite dans le cadre de l’ANR IThAC qui porte sur les paratextes aux éditions des auteurs de théâtre antique, l’objet de cette journée sera ainsi de se pencher sur la contribution atypique et hétérogène de Florent Chrestien aux études humanistes, afin de rendre à ce savant et à ses travaux leur place au sein du réseau humaniste des dernières décennies du XVIe siècle. Cette journée d’étude accueillera en particulier, mais sans s’y restreindre, des propositions concernant :
– Les apports de Florent Chrestien à la tradition des auteurs et des œuvres antiques.
– Son œuvre de traducteur (du latin au grec, du grec au latin et du latin au français et du français au latin)
– Les apports de son œuvre au développement de la philologie
– Sa place et sa contribution aux études littéraires et théâtrales
– Son rôle au sein des réseaux intellectuels humanistes.
– Plus généralement, les liens de son œuvre à l’histoire des idées et leur lien avec les controverses politiques de la fin du siècle, et donc le rapport de Florent Chrestien à l’histoire de la pensée politique.
Les propositions, d’une longueur maximale de 400 mots, rédigées en français ou en anglais, sont à envoyer à alexia.dedieu[at]univ-grenoble-alpes.fr , maria-diandra.cristache[at]univ-grenoble-alpes.fr, et malika.bastin[at]univ-grenoble-alpes.fr d’ici le 30 Janvier et recevront une réponse au plus tard 1er mars 2021. Les actes de la journée feront l’objet d’une publication.

Bibliographie indicative

M. Bastin-Hammou, « Paroles de Paix en temps de guerre : Florent Chrestien et la première traduction de la Paix d’Aristophane en France (1589) », Anabases. Traditions et réceptions de l’Antiquité 21, 2015, p. 139‑156.
Casaubon, Isaaci Casauboni de satyrica Graecorum poesi, & Romanorum satira libri duo. In quibus etiam poetae recensentur, qui in utraque poesi florverunt., France, , 1605.
Casaubon, The correspondence of Isaac Casaubon in England. Volume 1, October 1610 to October 1611, Genève, Suisse, Droz, 2018.
Catulle, F. Chrestien, Epithalamium … seu Carmen nuptiale A Q. Sept. Florente Christiano Graecis versibus expressum, Paris, , 1587 (Morel).
De Smet, « Livres, érudition et irénisme à l’époque des Guerres de religion : autour de la Satyre Ménippée », dans J. De Landtsheer, H. Nellen (dir.), Between Scylla and Charybdis : learned letter writers navigating the reefs of religious and political controversy in early modern Europe, Leiden ; Boston, Brill, 2010, p. 185‑201.
Ferradou Carine, « Jephté, tragédie tirée du latin de George Buchanan : Florent Chrestien traducteur, poète et polémiste », Études Épistémè [En ligne], 23, 2013
Grafton, Joseph Scaliger: A Study in the History of Classical Scholarship: I: Textual Criticism and Exegesis, Oxford, New York, Oxford University Press, 1983.
Grafton, Defenders of the text: the traditions of scholarship in an age of science, 1450-1800, Cambridge, , 1991.
A. Grafton, Joseph Scaliger: A Study in the History of Classical Scholarship: II: Historical Chronology, Oxford, New York, Oxford University Press, 1993.
Grafton, « I have always loved the holy tongue »: Isaac Casaubon, the Jews, and a forgotten chapter in Renaissance scholarship, Cambridge, Mass. ; London, Belknap, 2011.
Jacobsen, Florent Chrestien: ein protestant und humanist in frankreich zur zeit der religionskriege, München, Allemagne, W. Fink, 1973.
Parenty, Isaac Casaubon, helléniste: des « studia humanitatis » à la philologie, Genève, Suisse, Librairie Droz, 2015.
Pineaux, « Ronsard et les poètes antiques vu par ses adversaires protestants », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français 105, 1959, p. 54‑63.
Vian, « Florent Chrestien lecteur et traducteur d’Apollonios de Rhodes », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance 34/3, 1972, p. 471‑482.

 

Lieu de la manifestation : Grenoble
Organisation : M. Bastin-Hammou, D. Cristache, A. Dedieu
Contact : alexia.dedieu@univ-grenoble-alpes.fr, maria-diandra.cristache@univ-grenoble-alpes.fr, malika.bastin@univ-grenoble-alpes.fr

 

Voir sur Compitum : http://www.compitum.fr/appels-a-contribution/12922-florent-chrestien-ecrivain-traducteur-et-penseur-humaniste

Voir sur APLAES : http://www.aplaes.org/node/77

Voir sur Cornucopia : http://cornucopia16.com/blog/2020/10/05/programme-chorea-2020-2021-la-renaissance-pour-le-xxie-siecle-une-anthologie/?fbclid=IwAR223XOJUUG6SpHMWJa6azp_6-GvLu2zhZ0e0zDoQBH1FPWC-OpgHgwZIXQ

Le laboratoire HiSoMa recrute un.e chercheur.se post-doctorant.e – date limite des candidatures le 1er mai 2021

FICHE DE POSTE

Intitulé du Poste : Chercheur post-doctorant, contrat de deux ans
Composante et service : HiSoMA UMR 5189

Contacts :

    • Supérieur fonctionnel : Pascale Paré (responsable du projet à Lyon).

Lieu de résidence administrative et de travail : Antenne HiSoMA Lyon 3 au 18 rue Chevreul 69007 Lyon, avec des déplacements (pris en charge) à Grenoble dans le cadre du projet.

Contrat : CDD de 24 mois, du 1er septembre 2021 au 31 août 2023.

Quotité : 100 %

Indice net majoré : 525

Salaire brut de référence = 2 573 €

Date limite d’envoi des candidatures : 1er mai 2021.

ENVIRONNEMENT ET CONTEXTE DE TRAVAIL

Environnement

Le laboratoire HiSoMA est une UMR (Unité Mixte de Recherche). Le laboratoire Il regroupe environ 80 chercheurs, enseignants-chercheurs, post-doctorants, ingénieurs et administratifs, rattachés à l’une des cinq tutelles (CNRS, Université Lumière Lyon 2, Université Lyon 3, Université de Saint-Etienne, ENS de Lyon), 90 doctorants et une quarantaine de chercheurs associés. Les recherches qui y sont menées concernent les mondes anciens, abordés à travers les disciplines spécialisées des Sciences de l’Antiquité que sont l’archéologie, l’histoire, les études littéraires, la philologie, l’épigraphie, la numismatique, l’iconographie, sur une très longue période qui s’étend de l’Ancien Empire pharaonique à la fin de l’Antiquité tardive, et dans un espace géographique cohérent qui correspond principalement aux civilisations de la Méditerranée antique.

Contexte de travail

Le projet IthAC est un PRC (Projet de Recherche Collaboratif) entre les UMR Litt&Arts (Université Grenoble – Alpes) et HiSoMA (Université Lyon 3), financé par l’ANR (Agence Nationale de la Recherche) sur 4 ans, de 2020 à 2023. Ce projet a pour objectif l’étude de la réception du théâtre antique dans l’Europe du XVIe s. à travers l’analyse du corpus des paratextes savants imprimés qui lui sont alors consacrés, et la mise à disposition de la communauté scientifique de la traduction de ce corpus en français, grâce à la construction d’une interface numérique évolutive. On fait l’hypothèse que la collecte, la traduction et l’analyse de ce corpus, longtemps négligé parce que difficilement accessible matériellement et parce que très largement rédigé en latin, voire en grec, permettront de saisir à la fois comment le théâtre antique a été reçu et compris par ses « inventeurs » dans l’Europe du XVIe s., mais aussi comment les idées et les méthodes qu’ils véhiculent, à l’heure où s’inventaient aussi bien le théâtre moderne que la philologie, ont circulé et se sont développées grâce notamment à leur large diffusion rendue possible par l’imprimé.

MISSIONS ET ACTIVITÉS

Mission(s)

Post-doctorat au sein du PRC « IThAC – L’invention du théâtre antique dans le corpus des paratextes savants du XVIe siècle : Analyse, traduction, exploration numérique » (projet financé par l’ANR de janvier 2020 à juin 2024)

Activités principales et différentes tâches s’y rapportant

    • Relire et vérifier l’ensemble des transcriptions et traductions déjà effectuées.
    • Transcrire, traduire, encoder et télécharger sur l’interface de travail les paratextes qui ne l’ont pas encore été.
    • Contribuer à la préparation de l’anthologie papier des paratextes sélectionnés
    • Contribuer à l’organisation des manifestations scientifiques (journées d’études, colloques, publications)
    • Contribuer à l’encadrement des stagiaires de Master dans leurs tâches (essentiellement transcrire et encoder)
    • Tenir à jour le carnet de recherche du projet, rédiger des comptes-rendus des différentes séances de travail
    • Développer ses propres recherches en lien avec le projet

Savoir (connaissances)

    • Être titulaire d’un doctorat
    • Maîtriser le grec et le latin (avoir un très bon niveau en latin en particulier)
    • Maîtriser les principales langues scientifiques pour les recherches bibliographiques
    • Avoir des connaissances sur le théâtre antique, la réception de l’Antiquité, l’Europe de la Première Modernité

Savoir-faire technique et relationnel

    • Maîtriser les logiciels nécessaires à l’exploitation de la base de données, à la base bibliographique, à l’encodage (Oxygen pour la TEI)
    • Assurer la communication autour du projet

Savoir être (aptitudes et qualités)

    • Avoir le sens de l’organisation
    • Avoir des aptitudes de communication dans le cadre d’une équipe régionale
    • Se montrer réceptif et réactif face aux questions et aux suggestions
    • Faire preuve d’initiative

L’ANR ITHAC recrute un.e doctorant.e en langue et littérature grecques et réception de l’Antiquité – date limite des candidatures 1er mai 2021

Identification du poste

L’Université Grenoble Alpes recrute un.e doctorant.e dans le cadre de l’ANR ITHAC «L’invention du théâtre antique au XVIe s. Analyse, traduction, exploration numérique des paratextes savants ». Une brève présentation du projet est disponible ici : https://ithac.hypotheses.org/

Affectation (lieu de travail) : UMR 5316 Litt&Arts, campus universitaire de l’Université Grenoble Alpes, Saint Martin d’Hères.

Contexte et environnement de travail

Description de la structure

L’UMR LITT&ARTS se compose de 70 enseignants-chercheurs, et 66 doctorants, 3 personnels en appui à la recherche, 3 personnels en support à la recherche (et des contrats temporaires IDEX, Collex et sur projet).

La personne recrutée travaillera dans le cadre de l’ANR ITHAC, qui a pour objectif l’étude de la réception du théâtre antique dans l’Europe du XVIe s. à travers l’analyse du corpus des paratextes savants imprimés qui lui sont alors consacrés, et la mise à disposition de la communauté scientifique de la traduction de ce corpus en français, grâce à la construction d’une interface numérique évolutive. On fait l’hypothèse que la collecte, la traduction et l’analyse de ce corpus, longtemps négligé parce que difficilement accessible matériellement et parce que très largement rédigé en latin, voire en grec, permettront de saisir à la fois comment le théâtre antique a été reçu et compris par ses « inventeurs » dans l’Europe du XVIe s., mais aussi comment les idées et les méthodes qu’ils véhiculent, à l’heure où s’inventaient aussi bien le théâtre moderne que la philologie, ont circulé et se sont développées grâce notamment à leur large diffusion rendue possible par l’imprimé.

Piloté par Malika Bastin-Hammou et mené en collaboration avec l’UMR HiSoMA autour d’une équipe de 15 chercheurs membres de Litt&Arts et d’HiSoMA, le projet a obtenu un financement de 48 mois par le plan d’action de l’ANR 2019.

Description de l’équipe

La personne recrutée travaillera sous la direction de Malika Bastin-Hammou, coordinatrice principale de l’ANR ITHAC, Professeure de langue et littérature grecques, en lien avec les membres du consortium de l’ANR ITHAC et de l’UMR Litt&Arts.

Missions du poste et activités principales

La thèse portera sur la réception du théâtre grec antique dans l’Europe de la Première modernité, sans se limiter à sa réception dramatique. Elle intégrera ainsi à l’enquête les travaux savants – éditions, traductions, commentaires – consacrés aux poètes dramatiques grecs. Elle s’interrogera notamment sur leur rôle dans l’histoire de la philologie, de la traduction et de l’enseignement du grec ancien, mais aussi et plus généralement dans l’histoire du théâtre.

Profil recherché

Le ou la candidat.e devra être titulaire d’un Master de Lettres, maîtriser le latin, le grec ancien, l’anglais et avoir des notions d’encodage ; il ou elle aura d’excellentes capacités rédactionnelles en français et une aptitude aussi bien à être autonome dans ses recherches qu’à travailler en équipe. Il ou elle s’intégrera à l’équipe de l’ANR ITHAC ainsi qu’à l’UMR Litt&Arts.

Informations générales

Le financement est prévu sur trois ans (36 mois). Le salaire brut mensuel est de 2061€ par mois. La thèse devra commencer le 1er septembre 2021. La date limite pour candidater est fixée au 1er mai 2021.

Contact pour les questions relatives aux fonctions : Malika.Bastin@univ-grenoble-alpes.fr

Malika Bastin-Hammou, Professeure de langue et littérature grecques, Coordinatrice principale de l’ANR ITHAC